banner
 
  Home >> Blogs >> Cyclisme, inferieur a la moyenne en positif

this user is offline now  sport133
Send message

Subscribe



Categories:
  Sports

Archive:
June 2020
May 2020

Who Gives Kudos:



 

  

Cyclisme, inferieur a la moyenne en positif

Surement, atteindre une proprete totale nutrition fractionnée dans le monde du sport est une utopie . Un, oui, pour lequel il vaut la peine de se battre et, pourquoi pas, d'y croire. Cependant, etant realiste, le plus auquel on peut ou devrait aspirer est de reduire le nombre de tricheurs au minimum possible et, si possible, a un taux de cent pour cent des «chasses». La tricherie est quelque chose d'intrinseque a la condition humaine, comme en temoignera toute personne qui s'est assise a une table avec des amis jouant au parcheesi, aux cartes ou au monopole une fois dans sa vie.

Il est egalement vrai que le monde sombre du dopage dans le sport vit souvent alimente par la litterature et l'imagination. Parfois, la fine ligne entre la realite contrastee et l'hypothese n'est pas facile a distinguer. Ainsi, le cas Armstrong et son «systeme de dopage le plus sophistique de l'histoire du sport» ont ete presentes, l'assimilant pratiquement au Medellín cartel. Des scandales comme le Tour de 1998, la chute et la mort de Marco Pantani, les positifs repetes des vainqueurs du Tour de France ou les horribles Port d'operation , aussi ne semblent pas avoir fait beaucoup de bon velo dans tout ce fouillis d'histoires vraies ou irreelles.

Il y a un sens dans l'imaginaire collectif qui le dopage et le cyclisme ont ete, sont et seront presque synonymes . Ceux d'entre nous qui vivent et ressentent le velo de l'interieur, cependant, ne se lassent pas de defendre - parfois avec plus de passion que d'autres - qu'aucun autre sport n'a lutte si profondement contre ce fleau, mais nous sommes rarement en mesure d'accompagner ces declarations de chiffres beton.

C’est pourquoi il est si interessant de jeter un ?il au rapport que le Agence nationale antidopage de Flandre vient de publier sur son activite tout au long de l'annee 2013. Ce rapport, qui publie le nombre de controles et de positifs effectues sur tous les sports de cette region, la Belgique peut servir, pourquoi pas, de thermometre de ce qui se passe dans bien d'autres endroits.

Le rapport etablit tout d’abord une distinction entre le nombre de controles effectues en competition et en dehors . Dans le premier cas, un total de 1 543 tests ont ete effectues, tandis qu'en competition le nombre tombe a 640, c'est-a-dire que l'agence flamande a effectue un total de 2 183 controles tout au long de 2013. A partir de ces chiffres, il y a plusieurs points a mettre en evidence ou analyser.

Tout d'abord, evidemment, nous souhaitons connaitre l'incidence des positifs dans tous ces controles. Le nombre rond de positifs etait de 56 , dont 55 ont ete «chasses» en competition et un seul a l'exterieur, ce qui represente en moyenne 3,6% de positifs sur les controles effectues lors des competitions et 0, 2% en temps de repos pour les athletes. Des chiffres, comme vous pouvez le voir, tres faibles par rapport au drame qui, parfois, accompagnent les gros titres a cet egard.

Maintenant, pour analyser ces chiffres nous allons passer aux deuxiemes donnees qui peuvent nous interesser pour verifier comment et combien nous luttons contre les tricheurs dans chaque sport: le nombre de controles effectues en un an. Ici, sans surprise, le cyclisme gagne par un glissement de terrain. Le cyclisme a effectue un total de 478 controles en competition (370 pour les coureurs federes et 108 pour les «autres») et 317 hors competitionc'est-a-dire un total de 795 controles antidopage en une seule annee. La question est claire: quel est le prochain sport? Le football est classe comme le deuxieme sport le plus controle avec 156 controles pendant les matchs et 60 en dehors d'eux, ce qui donne un total de 216 controles (579 de moins que le cyclisme). Le podium des disciplines avec le plus de visites de vampires est complete par l'athletisme. Les athletes ont ete controles 141 fois en competition et 49 en dehors, totalisant 190 echantillons (605 et 26 de moins que le cyclisme et le football, respectivement).

Passons maintenant au nombre trompeur de points positifs. Ici, ou les mortels ordinaires ont tendance a rester, le velo en souffre enormement. En 2013, l'agence flamande a «chasse» 14 coureurs (12 federes et 2 non federes) en competition et un en dehors, etant le sport avec le plus grand nombre de cas positifs. Ce classement d'honneur douteux est complete par le kickboxing avec 10 positifs en competition (il n'y avait pas de controles en dehors) et la boxe avec huit cas en competition (trois controles hors competition, dont l'un avec un resultat anormal, mais sans pouvoir demontrer le positif).

Ce sont les chiffres mondiaux, mais c'est maintenant que nous arrivons a la chose interessante. Quel niveau d'incidence de l'usage de substances interdites trouve-t-on dans chaque sport? Autrement dit, quel pourcentage de cas positifs existe dans chaque discipline en fonction du nombre de controles effectues.

Le resultat est vraiment etonnant. Le sport qui a ferme 2013 en Flandre avec le taux positif le plus eleve est le handball(une variete qui n'est pas pratiquee en Espagne appelee kaatsen) avec, etonnamment, 33% de cas positifs sur le total de ceux analyses. Il est vrai que six controles au total ont ete effectues, dont deux positifs. Le deuxieme sur la liste, le gazon (avec 28%), nous ne l'analyserons pas car nous comprenons qu'il ne depend pas des humains. Les sports de force ou `` l'homme le plus fort '' remportent la medaille d'argent avec une incidence de 20% avec deux positifs sur dix athletes analyses tandis que le bronze est distribue ex aequo, avec 16,7% chacun, parmi la musculation (six positifs sur dix analyses), le squash (trois positifs sur 18 tests) et le water-polo (un «chasse» dans six analyses).

Et quel est le sport le plus analyse avec les nombres les plus positifs en nombre rond? Le cyclisme, si vous mettez les chiffres en perspective (en utilisant les pourcentages), s'en sort tres bien et, par consequent, dement une grande partie de la mauvaise reputation qui, peut-etre pas a juste titre, a gagne au cours des deux dernieres decennies. Le cyclisme, qui est le seul sport qui differencie ses controles entre federe et non federe, a cloture avec un pourcentage de 3,2% chez les premiers et de 1,9% chez les seconds.

Si nous faisons la somme des deux, ce taux d'incidence positif tombe a 2,55% du total . En dehors de la competition, le cyclisme est egalement le seul sport qui a «attrape» un athlete, representant 0,3% des points positifs. En resume, si l'on additionne tous les controles effectues sur les cyclistes (rappelez-vous, 795), il s'averera que le taux global positif est de 0,53%.

Ce chiffre est reel, peu importe qui est bouleverse, mais pour que personne ne nous accuse ici d'essayer de cacher ou d'inventer la realite, gardons le plus defavorable pour notre derniere question: le cyclisme est-il au-dessus ou au-dessous de la moyenne? Le rapport revele que l'agence flamande antidopage a `` chasse '' 3,6% des athletes qu'elle controlait en 2013. Les conclusions, cher lecteur, tirez-les vous-meme.

Mood: None, or other
- 0 Comments - 0 Kudos - Add comment 

  Comments
 
|
|
|
|
|
 
Copyright © 2009 - 2012 True2ourselves. All rights reserved.
Reproduction in whole or in part in any form or medium without express written permission is prohibited.